Programme Vin & Droit



UFR Droit et Science politique - Université de Reims

Catégorie logo Jus ViniJurisprudence

Jurisprudence, Droit des marques

Affaires Tatittinger, Ruinart, Cognapea et d’autres

Vini-mark revient pour son numéro d'octobre sur certaines décisions des juridictions françaises en matière de droit des marques, au titre desquelles les affaire Ruinart, V. Taittinger, Cognapea et d'autres.

Voir l'article sur Viti-mark.

Jurisprudence, Droit des marques

Dépôt de marque et vie des affaires : un élément essentiel à la caractérisation de la contrefaçon

La Cour de cassation a rendu deux arrêt en date du 13 octobre 2021 au sujet de deux marques, poursuivies pour contrefaçon sans qu'elles aient réellement mises sur le marché. La Cour a saisi cette opportunité pour effectuer un revirement de sa jurisprudence en matière de contrefaçon en indiquant que le dépôt de marque ne suffit pas à caractériser la contrefaçon, il faut que la marque litigieuse soit présente dans la vie des affaire.

Voir l'article sur le site de Novagraaf.

Jurisprudence, Droit des contrats

Rupture brutale des relations commerciales : Bordeau Magnum contre Château Latour

Dans la continuité de la newsletter de l'agence Georges, Juliette Bory nous présente une affaire qui a fait coulé de l'encre dans le bordelais en matière de rupture des relations commerciales : Bordeau Magnum contre Château Latour.

Voir l'article ici.

Jurisprudence, Droit des marques

Nom patronymique et droit des marques : le cas « Croizet »

L'affaire Croizet s'inscrit dans une longue saga jurisprudentielle en matière d'utilisation du nom patronymique en tant que marque. Cette situation est particulièrement importante en matière viticole, les noms patronymiques étant souvent utilisés par les producteurs afin d'identifier leurs produits.

Voir l'article sur le site de haas avocats.

Voir l'article sur Mandel associés.

Jurisprudence, Droit des marques

ORIGIN et ORIGINE 1927 ne sont pas susceptibles de créer un risque de confusion

La marque antérieure ORIGIN s'est opposée à la demande d'enregistrement de la marque ORIGINE 1927, toutes deux se rapportant à des vins. L'a Cour d'appel de Paris, par un arrêt du 3 juin 2022 a conclu à une absence de risque de confusion entre les deux marques, du fait de l'expression arbitraire constituée par l'association entre la date "1927" et le mot "origine", qui suppose un lien avec l'histoire.

Voir l'article sur le site de L'INPI (inscription gratuite pour l'accès en lecture de l'article).

Jurisprudence, Indications géographiques

La conclusion de l’affaire « Glen » : les IG sont bien protégées

La Cour régionale supérieure de Hambourg a rendu sa décision après avoir saisit la Cour de Justice de l'Union européenne au sujet de la dénomination "Glen" associée à une indication géographique. Sans surprise, la cour allemande applique la décision européenne et fait droit à la Scotch Whisky Association.

Voir la présentation de l'affaire sur le LinkedIn de Marion Brunet-Pignot.

Jurisprudence, Droit des marques, Focus

L’actualité en droit des marques

Les évolutions juridiques récentes en droit des marques et de la propriété intellectuelle sont particulièrement riches ces derniers mois. Le cabinet Casalonga propose d'étudier ces évolutions au détour d'un article.

Voir l'article sur vitisphere.

Appellations d'origine, Jurisprudence

Protection de l’appellation Champagne : le premier jugement dès 1844

tdl 6 minutes Une décision du tribunal correctionnel de Tours, en 1844, a ouvert la voie vers une longue et continue série de jugements qui ont fourni peu à peu, tant en France qu’en Europe et le reste du monde, une protection sans cesse accrue, élargie et solide en faveur de l’appellation la plus prestigieuse et la plus renommée.

L’article de Jean-Luc Barbier, publié dans la Champagne Viticole n°867, de mai 2020 aux pages 58-59 est ici reproduit.

© 2023 Programme Vin & DroitUniversité de Reims

Top ↑